2014年5月法语专业四级真题及答案详解 - 下载本文

Le système du vélo en service libre est très simple : une location payante, mais modique. Il suffit de prendre un vélo dans l’une des stations et de le reposer ailleurs une fois son trajet effectué. La plupart des utilisateurs empruntent un vélo pour une courte distance. En moins d’un an, ces programmes de vélos en libre-service ont connu un très fort engouement. A mesure qu’elles développaient leurs pistes cyclables, une quinzaine de villes fran?aises ont adopté un système de locationen libre service comptant déjà près de 40 000 vélos en circulation. On considère enfin le vélo comme un mode de déplacement à part entière. Autrefois, beaucoup de gens souhaitaient faire du vélo, mais n’osaient pas se lancer, par peur des voitures ou d’être ridicules. Maintenant, faire du vélo, c’est tendance ! De nombreux Parisiens ont d’ailleurs ressorti leurs vieilles bicyclettes du placard. 91. Le Vélib’ a débuté dans quelle ville en France ? A. Paris B. La Rochelle C. Strasbourg D. Lyon

92. Dans quelle ville le Vélib’ a-t-il eu beaucoup de succès et créé un phénomène ? A. Paris B. La Rochelle C. Rennes D. Lyon

93. Comment peut-on utiliser un Vélib’ ?

A. C’est très simple : il suffit de prendre un vélo et le garder pour soi. B. Il suffit d’appeler une station pour qu’on amène un vélo. C. Il suffit d’acheter un vélo et se faire rembourser par la Ville. D. Il suffit d’aller à des stations de vélos et payer la location. 94. Parmi les phrases suivantes, laquelle est fausse d’après le texte ?

A. La plupart des utilisateurs n’empruntent pas un vélib’ pour une longue distance.

B. Maintenant, il y a une quinzaine de villes en France qui ont adopté le système du Vélib’.

C. Aujourd’hui, on considère le vélo comme un mode de déplacement important. D. Il n’y a que les Parisiens qui aiment faire du vélo.

95. Pourquoi les gens ne voulaient-ils pas fairedu vélo avant ? Trouvez la raison fausse.

A. Ils avaient peur des voitures.

B. Ils avaient peur que ce soit ridicule aux yeux des autres. C. Il n’y avait pas beaucoup de pistes cyclables. D. Ils ont déjà rangé leur vélo dans le placard. 4. Qui sont les 600 000 Chinois de France ?

Il y a tout juste 50 ans, le 27 janvier 1964, Mao et le général de Gaulle décidaient en pleine guerre froide d’établir des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Paris et Pékin commémorent cet anniversaire. De nombreux événements sont prévus ces prochaines semaines dont un ? Paris-Pékin ? à vélo, ou encore ce lundi soir au Grand Palais à Paris, grande soirée ? Nuit de Chine ?.

Ils sont 600 000 Chinois de France. Certains ont un passeport fran?ais, et sont d’origine chinoise, les autres ont un passeport chinois. La double nationalité franco-chinoise n’existe pas.

Ils viennent de deux régions du sud de la Chine, différentes selon qu’ils sont de la première ou de la deuxième vague d’immigration, avec chacune sa langue. ? La moitié des Chinois de France sont des gens qui venaient au départ du Vietnam, du Laos ou du Cambodge. Ils vivaient dans la région de Canton avant d’arriver en France dans les années 70. Ce sont les ‘boat people’. Les autres 300 000 sont arrivées entre 1980 et 2008 car depuis l’immigration a sérieusement ralenti. Et eux viennent de quelques villages montagneux autour de la ville de Wenzhou, au sud de Shangha? ?, détaille Richard Behara, chercheur spécialiste de la diaspora chinoise en France.

Il existe enfin l’immigration chinoise dont on parle le plus ces dernières années, originaire cette fois du nord, de la région de Dongbei à la limite de la Corée du nord. Pour l’essentiel ce sont des femmes de cette région qui arrivent en France, via des réseaux clandestins, appelés les ? têtes de serpents ?. Ces femmes se retrouvent seules dans le quartier Belleville à Paris. Mais ce ne sont que quelques centaines, peut-être quelques milliers de personnes. Une immigration marginale même si c’est celle dont on parle le plus.

96. Qui sont les 600 000 Chinois de France ? A. Les Chinois qui ont visité la France depuis 1964. B. Les Chinois qui habitent en France aujourd’hui. C. Les immigrés chinois clandestin en France. D. Les étudiants chinois qui apprennent le fran?ais. 97. Un ? Paris-Pékin ? à vélo doit être .........

A. une métaphore des longues relations sino-fran?aises. B. un salon de bicyclettes à Paris et à Pékin. C. une course à vélo de Paris à Pékin.

D. un musée de vélos créé dans les deux capitales.

98. Dans ce texte, on divise l’immigration chinoise en ......... périodes ou vagues ? A. deux B. trois C. quatre D. cinq

99. Dans le contexte de ce texte, la ? diaspora chinoise ? signifie : A. l’étendue du pays de Chine. B. la communauté chinoise en France. C. l’image des Chinois aux yeux des Fran?ais. D. les Chinois originaires du Sud de la Chine.

100.Pourquoi l’auteur considère-t-il la dernière vague d’immigration comme ? marginale ? ?

A. Parce que ces immigrés viennent de Dongbei à la limite de la Corée du nord. B. Parce que ce sont plut?t des femmes qui arrivent en France. C. Parce qu’on en parle le plus.

D. Parce qu’il s’agit d’un nombre limité d’immigrés clandestins.